Tubulures d’érablière

Tubulures d’érablière

Dès maintenant, tous les acériculteurs, y compris ceux de l’extérieur du Témiscouata, peuvent aller apporter gratuitement toutes leurs vieilles tubulures, unions, chalumeaux et raccord dans un des 4 écocentres de la RIDT.

Inutile d’enlever les différents composants ou le fil métallique des tuyaux, il suffit seulement de séparer les tuyaux 5/16 des tuyaux maitres lignes et d’aller les déposer à l’écocentre le plus proche.

Consultez les conditions d’accès et les horaires des écocentres en cliquant ici.

cbf882716f655efafd47680edf7c99b0 Cartonek-tubulures4-770-480-c

Une des particularités de la MRC de Témiscouata est la forte présence d’érablières sur le territoire.

En effet, 5,5 millions d’entailles sont exploitées par près de 300 entreprises acéricoles. Ces activités engendrent un volume important de vieilles tubulures et des matériaux associés (chalumeaux, broches, raccords, etc.), mais les solutions pour s’en débarrasser adéquatement étaient limitées pour les différents producteurs. La durée de vie habituelle des tubulures varie de 10 à 15 ans et une grande partie, une fois remplacées, restent dans les érablières, entassées dans le bois.

En 2013, la Société VIA et la RIDT ont mis en place un atelier de traitement pour ces tubulures à l’écocentre situé à Dégelis. Grâce aux employés qui sont affectés au tri et à la séparation des différents types de matériaux, plus de 800 tonnes de tubulures ont été recyclés depuis l’ouverture. En 2019, la Société VIA a ajouté un équipement permettant de traiter plus facilement les tuyaux maîtres avec du fil métallique le long.

À la sortie de l’atelier, une fois les plastiques séparés, les unions, chalumeaux et autres raccords retirés, l’ensemble des matières est envoyé vers des usines de recyclage au Québec.

Celles-ci effectuent une vérification de qualité, granulent les plastiques pour qu’ils soient ensuite réintégrés dans la fabrication de différents objets (drain agricole, contenant de plastique, tuteur pour les arbres, accessoires divers, …)

Nous remercions tous les acériculteurs de penser à l’environnement et d’adopter des pratiques de développement durable.