Le gaspillage alimentaire

On entend de plus en plus parler de réduction dans le domaine de la gestion des matières résiduelles.
Réduction à la source ne veut pas nécessairement dire de ne plus consommer ou de favoriser la décroissance.

La réduction à la source fait la promotion d’un autre mode de consommation, plus durable, nécessaire, mais aussi favorisant une économie de services, comme la réparation ou la mutualisation des biens.

Un exemple concret est la lutte au gaspillage alimentaire.
Dans la chronique radio de la semaine dernière, on a parlé de l’impact des matières organiques sur l’environnement (émission de GES) et sur le coût des services municipaux de collecte et d’enfouissement des déchets.

Imaginez, au Canada, une famille gaspille l’équivalent de 4,5 repas par semaine soit pour environ 1 100 $ par année de nourriture ou 140 kg d’aliments qui sont jetés aux poubelles.
C’est l’équivalent de jeter 3 ou 4 bacs roulants à déchets pleins de nourriture chaque année par famille alors que les deux tiers auraient encore pu être consommés.

En général, on gaspille les aliments car :

  • ils ont été laissés trop longtemps au frigo ou dans l'armoire. Ils ne sont plus appétissants ou consommables
  • La date de péremption ou d'expiration est dépassée
  • Les restes mis de côté finissent par ne pas être consommés

Le gaspillage alimentaire touche toutes sortes de produits

 répartition gaspillage alimentaire

On peut dire que, pour la gestion des résidus alimentaires, éviter d‘avoir à en jeter est tout simplement la bonne approche et surtout celle qui est la plus logique pour l’environnement et pour notre portefeuille.

 

Les bonnes pratiques dans ce domaine débutent lorsque l’on fait nos courses.

  • Préparer une liste avant d’aller faire ses courses est la meilleure manière de gagner du temps, de faire des économies et de limiter le gaspillage alimentaire.
  • Faire l’inventaire de notre frigo et de notre garde-manger permet d’éviter d’acheter des aliments qu’on a déjà.
  • Planifier nos repas permet de s’assurer d’avoir les bonnes quantités et pas trop.
  • Acheter en vrac, donc de produits non emballés, permet d’avoir les quantités dont on a besoin. On est souvent tenté d’acheter en grand format car cela semble coûter moins cher mais si on n’arrive pas à tout finir, on aura perdu de l’argent et gaspillé de la nourriture. Idem pour les mégas promotions qui vous invitent à acheter 3 ou 4 exemplaires d’un produit pour bénéficier d’un meilleur prix …
  • Autre petit plus pour la planète et notre milieu de vie, quand on choisit des produits, idéalement, on essaie d’acheter local et de saison.

 

Quand on rentre de faire les courses, stocker au bon endroit et correctement les produits les aide à se conserver dans des conditions optimales et évite qu’ils se périment avant l’heure.
C’est aussi le meilleur moyen d’avoir une idée précise de ce dont on dispose, de ce qu’il faut manger au plus vite…
Tous vos produits doivent pouvoir être facilement vus et accessibles. Ainsi, pas d’achats en surnombre, pas de produits cachés en train de s’abîmer…

Organiser les placards et les réserves

  • Rangez au sec : l’épicerie sucrée, salée, les féculents, la farine, les conserves, les épices…,
  • Classez les produits par nature (conserves, pâtes, riz, gâteaux…).
  • Les œufs, les fruits et légumes, les condiments (sauce, moutarde, …), les boissons, les confitures et les compotes n’ont pas besoin d’aller au frigo, sauf s’ils ont été préparés, sont entamés ou risquent de s’abîmer (fruits mûrs ou délicats…).
  • Les tomates, les bananes, les melons, les abricots, les pêches… ne se conservent pas au frigo mais à température ambiante.
  • Les pommes de terre et les oignons ont besoin d’être stockés au sec et à l’abri de la lumière.

Ranger le réfrigérateur

  • Rangez au frais la viande, le poisson, les laitages…,
  • Stockez les restes de repas dans des boîtes hermétiques et les produits entamés sensibles (lait…).
  • Le frigo doit être organisé de manière dégagée. L’air et le froid doivent bien circuler. Selon leur besoin et la répartition du froid dans le réfrigérateur, les aliments se rangent à des niveaux différents du frigo
  • Les produits congelés et les aliments à conserver plus longtemps sont à placer dans le congélateur.

 rangement frigo

Par la suite, on porte une attention particulière à la conservation de ses aliments.

Faire durer la conservation classique

  • Retirez les films dans lesquels sont vendus les fruits et légumes et qui accélèrent leur dégradation,
  • Consommez les aliments fragiles au plus vite,
  • Fermez hermétiquement les boîtes ou sachets d’origine dans lesquels les aliments sont vendus.
  • Pas besoin de cellophane ou d’aluminium, les baguettes, le pain, les viennoiseries ou cakes peuvent être simplement emballés dans un torchon propre et rangés à température ambiante. Vous pouvez aussi recouvrir vos plats à tarte, vos moules à gâteau, emballer des sandwichs, ou les transporter dans un torchon ou tissus.
  • Stockez séparément les bananes, pommes et tomates des autres fruits et légumes car ils dégagent des gaz qui accélèrent le mûrissement des fruits et légumes proches.

Congeler les aliments

  • Congeler les aliments est une technique très pratique pour conserver plusieurs mois viandes, fruits, légumes, herbes aromatiques, plats, soupes, pain, beurre, gâteaux, pâtes…
  • Faites des portions plutôt que de gros stocks pour ajuster les quantités à vos besoins,
  • Congelez en boîtes hermétiques, de préférence en verre,
  • Évitez les sacs plastique ou barquettes aluminium.
  • Dans la majorité des cas, lavez et séchez les fruits et légumes soigneusement avant de les congeler ou laissez toujours refroidir les plats. Congelez cru, blanchi ou tel que les plats… pour une conservation jusqu’à 12 mois…

Préparer les aliments à conserver

La très grande majorité des moyens de conservation ont l’avantage de se préparer dans des pots et bocaux en verre ou en terrines que vous pourrez réutiliser toute une vie… Les procédés de conservation varient selon les besoins :

  • stérilisation en bocaux
  • confitures, gelées et chutneys
  • conservation dans l’huile ou le vinaigre
  • déshydratation…

 

Qu’est-ce que signifie la date inscrite sur les emballages ?

La mention « Meilleur avant » réfère à la date limite de conservation et renvoie à la QUALITÉ : l’aliment sera au meilleur de sa fraîcheur et de sa valeur nutritionnelle avant cette date si l’emballage est intact et correctement entreposé.
Les aliments susceptibles de se gâter (comme les produits laitiers et les aliments prêts-à-manger) devraient être consommés aussi rapidement que possible.

Pour savoir si un aliment est encore bon à manger, consultez l'aide-mémoire de Recyc-Québec ou la fiche "Meilleur avant, bon après" préparé par par le MAPAQ.

meilleur avant bon après

 

En préparant les repas, on essaie de faire des portions adaptées à nos besoins.

portions parfaites

 

Pour finir, on tente au maximum de faire quelque chose avec nos épluchures et restes de repas.

Accommoder les restes

Rien ne se perd, tout se mange. Il reste un blanc ou un jaune d’œuf, ne le jetez plus…
Quelques ingrédients isolés ou petites portions peuvent toujours être transformés pour faire un nouveau plat.
Pour cela, il suffit de les voir différemment :

  • pesto, chips, salades, potages et gaspacho, fond de tarte,
  • quiches, gratins, hachis parmentier,
  • pain ou brioches perdus sucrés ou salés,
  • compote, confiture, crumble…

Inspirez-vous grâce aux recettes proposées sur les sites internet ou livres spécialisés.
En voici quelques exemples:

Cuisiner les épluchures

Pour aller encore plus loin, pourquoi ne pas tenter de cuisiner les chutes de fruits et légumes comme les fanes de radis, de carottes, de betteraves mais aussi les peaux de bananes, d’oranges, trognons, tiges…
Ils sont riches en fibres, minéraux et vitamines (issus de produits bio non traités). Vous serez surpris du goût.

 

La lutte au gaspillage alimentaire se résume donc à l’intégration de trucs simples à notre routine pour :

  • mieux planifier nos achats
  • bien conserver nos aliments
  • maximiser leur utilisation

 

On vous rappelle qu’à partir du mois de juin 2022, la RIDT va procéder à la distribution gratuite et sans besoin d’inscription à toutes les habitations de la région d’un équipement pour faire du compostage domestique. Suivez nos publications Facebook ou notre site web pour plus de détails dans les prochaines semaines.

Recycler et composter, c’est bien mais réduire, c’est mieux !

C’est la saison des changements de pneus. Mais que faire avec mes pneus usés ?

Avec le retour de la belle saison arrive aussi les changements de pneus.
Chaque année au Québec, il se vend plus de 8,9 millions de pneus neufs et c’est presque autant de pneus usagés qu’il faut donc recycler.

Depuis 2000, l’enfouissement ou l’incinération des pneus sont des activités interdites et un droit environnemental de 3 $ est perçu auprès des consommateurs québécois à l’achat de chaque pneu neuf, afin de payer les coûts de collecte et de traitement.
L’incendie de 3,5 millions de pneus usagés à Saint-Amable en Montérégie au printemps de 1990 est à l’origine de cette décision.

Au Témiscouata, près de 32 000 pneus usagés ont ainsi été récupérés en 2021 dans les 4 écocentres ou les garages de mécanique.

Comment disposer de mes pneus au Témiscouata ?

 

Les pneus hors d’usage ne sont pas enfouis mais bien traités de manière la plus écologique possible, dans le respect de la hiérarchie du réemploi, du recyclage ou de la valorisation énergétique. Ainsi, en 2020, 81 % des pneus usagés collectés ont été remoulés ou recyclés et on vise un objectif de 95 % pour 2023.

 

Réemploi
Le remoulage des pneus d’automobile consiste, une fois que les pneus ont été inspectés et ramenés à leur carcasse par râpage, à les recouvrir d’une couche de caoutchouc.
Une fois chauffée et pressée dans un moule, cette nouvelle couche adhère parfaitement à la carcasse.
Ces pneus remoulés sont sécuritaires et ont la même durabilité et la même garantie que les pneus neufs, en plus d’être moins chers.

Remoulage pneus

 

Recyclage
Plusieurs étapes sont nécessaires pour convertir un pneu usé en poudrette de caoutchouc.
Plus la poudrette obtenue est fine, plus elle gagne en valeur.

Poudre pneus

Les produits fabriqués à partir du recyclage de pneus sont très variés :

  • Tapis de dynamitage
  • Tapis d’étable ou d’usine
  • Tapis pour les centres sportifs (arénas, gymnases)
  • Sous-tapis ou tuiles de revêtement de sol
  • Sous-couche de terrains de sport synthétiques
  • Panneaux d’insonorisation
  • Anneaux d’étanchéité de regards d’égout
  • Roues pour les bacs roulants
  • Bacs à fleurs
  • Accessoires de signalisation
  • Dos d’âne
  • Garde-boue

 

Valorisation énergétique
La valorisation énergétique consiste, pour les pneus usés, à les transformer en un combustible industriel pouvant remplacer les combustibles fossiles utilisés par certaines industries.

Valorisation pneus

Lorsque l’on valorise des pneus en cimenterie par exemple, on valorise 100 % de la matière dont environ 75 % de celle-ci en énergie (caoutchouc, fibres, agents chimiques) et on recycle en matière l’autre 25 % (l’acier entre autres).
Lorsque les pneus remplacent le charbon et le coke pour la chauffe à 1 500 °C, la combustion presque instantanée produit entre 30 à 42 % moins de gaz à effet de serre.

 

Plus de détails sur le programme de recyclage mis en place au Québec
https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/entreprises-organismes/mieux-gerer/pneus-hors-usage/

 

LE SAVIEZ-VOUS… Il est encore mieux de privilégier la réduction à la source.

Afin de réduire la quantité de pneus à gérer en fin de vie, de bonnes habitudes peuvent être prises par les propriétaires de véhicules.

Par exemple en permutant leurs pneus à fréquence régulière entre l’avant et l’arrière pour éviter une usure prématurée de ceux-ci. Idéalement, on fait la permutation tous les six mois ou après avoir roulé 10 000 kilomètres. Cela permet une usure plus uniforme de la bande de roulement, une meilleure adhérence ainsi qu’une augmentation de la durée de vie des pneus.

De plus, les propriétaires doivent s’assurer de la pression adéquate de leurs pneus afin de réduire l’usure prématurée qui peut atteindre jusqu’à 25 %. Cette pratique permet aussi d’économiser de l’essence et par le fait même, de réduire l’émission de gaz à effet de serre.

 

Vous avez des pneus hors d’usage à vous débarrasser, votre garagiste peut les reprendre sans frais grâce au programme provincial mis en place.

Vous pouvez aussi les apporter dans un des 4 écocentres de la région.

Idéalement sans les jantes, les pneus doivent respecter certains critères pour être acceptés

  • entier
  • moins de 48,5’’ de diamètre
  • « propre » (exempt de contaminants tels que peinture, roches, sable, terre)

Nous acceptons aussi les petites quantités de pneus avec des jantes, sans frais.

 

Voici les différents types de pneus hors d’usage admissibles au programme provincial de recyclage

Pneus d’auto et de camionnettes
Pneus ayant un diamètre de jante entre 12’’ et 24,5’’ inclusivement ET un diamètre hors tout (global) de 33’’ et moins

Pneus de poids lourd
Pneus de type camion commercial hors d’usage ayant un diamètre de jante entre 17’’ et 24,5’’ inclusivement ET un diamètre hors tout (global) de 48,5’’ et moins

Petits pneus
Pneus ayant un diamètre de jante inférieur à 12’’ (moto, véhicule tout-terrain, …)

Pneus de chariots élévateurs
Pneus dont le diamètre de jante est égal ou inférieur à 24,5’’ inclusivement ET le diamètre hors tout (global) de 48,5’’ et moins. Ces pneus sont pleins : vulcanisés avec caoutchouc, limailles d’acier ou fibres. Ils peuvent aussi être soufflés avec un substitut de caoutchouc.

Pneus de vélo et chambres à air
Bien que ceux-ci soient exclus du programme québécois de gestion des pneus hors d’usage, Recyc-Québec gère les pneus de vélos hors d’usage et les chambre à air qui sont apportés par les citoyens. Le recyclage est assuré par le Consortium Écho-Logique

 

Les « ICI » partenaires stratégiques dans la gestion des résidus alimentaires

Comme les citoyens, les industries, commerces et institutions (ICI) du Témiscouata vont être invités à faire leur part dans la gestion des matières organiques.

Jusqu’à présent, aucune solution n’était disponible pour ces entreprises, alors que la règlementation québécoise prévoit qu’elles doivent adopter un moyen de détourner de la collecte de déchets leurs matières organiques.

La Régie Intermunicipale des Déchets de Témiscouata (RIDT) a ainsi répertorié 120 entreprises sur le territoire de la MRC qui produisent une grande quantité de résidus alimentaires, soit l’équivalent de 30% de tout ce qui est généré annuellement dans la région. Il s’agit d’épiceries, restaurants/cantines, cafétérias, maisons de retraite, commerces de transformation et autres. Des démarches personnalisées seront faites avec chacune d’elles pour leur proposer ce nouveau service en fonction de leurs besoins réels et pour s’assurer que tous puissent participer au tri des matières organiques alimentaires.

Par la suite, ces entreprises recevront gratuitement d’ici la fin juin un conteneur à chargement avant et d’autres équipements nécessaires.

Équipements tri matières organiques ICI

 

Une campagne de sensibilisation ciblée suivra et les nouvelles méthodes de tri à utiliser seront aussi expliquées aux employés de ces entreprises. Des outils de communication et de signalisation seront disponibles pour chaque endroit.

D’ici la mise en place des nouveaux conteneurs, la RIDT organisera un circuit régionalisé pour cette collecte spécifique, ce qui permettra des économies d’échelle par rapport à des initiatives individuelles. La RIDT prendra également en charge les matières organiques ramassées qui seront traitées par un procédé industriel pour en faire du compost.

Notons que ce dernier volet dans la gestion des matières résiduelles au Témiscouata, soit celui des résidus organiques pour les entreprises, pourra compter sur une contribution financière de RECYC-QUÉBEC de 168 084$ $ dans le cadre de l’appel de propositions « Réduction, récupération et recyclage des matières organiques du secteur des ICI ». Ce volet est financé par l’entremise du Fond d’électrification et de changements climatiques.

Liste des matières organiques ICI

Au Témiscouata, composter ça compte !

Chaque jour, nous posons des gestes pour gérer nos déchets à la maison, au travail ou à l’école.

Au Témiscouata, plusieurs bonnes habitudes ont déjà été prises pour éviter de tout mettre à la poubelle comme trier ses matières recyclables ou aller porter certains matériaux à l’écocentre.

Pourtant, saviez-vous que plus du tiers des déchets encore enfouis sont des matières organiques. Voici d'ailleurs la représentation du contenu moyen d'une poubelle au Témiscouata

RIDT Contenu moyen poubelle

Ce gaspillage de restes alimentaires et de résidus verts coûte toujours plus cher aux citoyens en taxes municipales, en plus d’avoir un impact environnemental négatif.

Tenant compte des obligations gouvernementales, la Régie intermunicipale des déchets de Témiscouata et ses 19 municipalités membres ont choisi de proposer aux citoyens un système qui permettra à chacun de participer facilement à cet effort tout en étant écologique.

« Le compostage domestique est un processus naturel et simple. C’est un moyen efficace pour disposer des résidus verts et alimentaires, sans dépenser d’énergie et d’argent pour les transporter et les traiter » mentionne Claude H. Pelletier, président de la RIDT et maire de Rivière-Bleue.

« Je suis heureuse de voir de plus en plus de municipalités du Québec se joindre à l’effort collectif de détourner les matières organiques des lieux d’enfouissement et de permettre leur valorisation. Chaque geste que nous posons pour diminuer les quantités de matières organiques éliminées compte et nous rapproche de l’objectif d’un Québec sans gaspillage, tout en contribuant à la réduction des gaz à effet de serre (GES) et à la lutte contre les changements climatiques » ajoute Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC

Ainsi, d’ici la fin juin 2022, chaque foyer du Témiscouata recevra gratuitement, et sans besoin d’inscription préalable, un équipement de compostage domestique. Grâce à la participation de tous et en évitant la mise en place d’un bac brun, l’ensemble de la population fera des économies importantes en plus d’éviter l’émission de GES liée à une troisième collecte.

Une multitude d’informations sera diffusée pour prendre ce virage ainsi que sur d’autres moyens concrets comme la lutte au gaspillage alimentaire, l’herbicyclage, l’utilisation de points d‘apports volontaires ou des écocentres.

Ce projet bénéfice d’un soutien financier de plus de 690 000 $ du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC 2013-2020) du Gouvernement du Québec.

Abonnez-vous à la page Facebook « RIDT Environnement » afin d’être tenu au courant des développements. D’autres services complémentaires pour gérer vos matières organiques seront présentés prochainement.

 

Collecte des encombrants - Printemps 2022

La période d'inscription pour la collecte des encombrants est terminée.

Si vous souhaitez vous débarrasser de vos matériaux, vous pouvez utiliser les écocentres de la RIDT.

--------------------------------------------------------------------

Le formulaire d’inscription sera en ligne jusqu'au dimanche 1er mai 2022 sur le site de la RIDT.

Les informations à saisir sont

  • Nom et prénom
  • Adresse complète du site où seront déposés les encombrants
  • Municipalité
  • Téléphone
  • Courriel


Nous vous rappelons qu’aucune inscription ne sera acceptée après la date du dimanche 1er mai 2022 et ce, même si les collectes ont lieu plus tard en mai.

L’inscription durant la période prévue est OBLIGATOIRE pour bénéficier du service et les matériaux doivent être déposés en bordure de chemin au moins la veille au soir de la date prévue. Aucun matériau ne sera ramassé à une adresse non-inscrite.

Pour vous inscrire, cliquez ici

Feuillet encombrant complet - Printemps 2022

 

 

Une solution accessible pour recycler ses tubulures d’érablière

Saviez-vous que le Témiscouata est la 2ème région productrice de sirop d’érable au Québec et compte plus de 5,5 millions d’entailles.

Les tubulures consistent un des principaux outils de travail des acériculteurs mais, une fois rendues en fin de vie, il est interdit de les brûler ou de les enfouir. En effet, en plus de contaminer l’air ou les sols, ces pratiques viennent polluer l’outil de travail des acériculteurs que sont les érablières.
Selon une étude récente, notre région doit se débarrasser chaque année d’environ 164 tonnes de vieilles tubulures.

Depuis près de 10 ans, la RIDT a mis en place une solution pour les acériculteurs afin de les aider à mieux gérer ces matières.
Ainsi, plus de 80 % des tubulures remplacées sont déjà recyclées au Témiscouata.

Recyclage tubulures RIDT

Tous les acériculteurs de la région ont donc accès gratuitement aux 4 écocentres de la RIDT et peuvent aller y porter leurs tubulures de type 5/16 ou main.

Il faut séparer les deux types de matières pour les décharger mais les unions ou raccords peuvent rester sur les tuyaux.

Les tubulures doivent être « propres », sans terre ou branches/végétaux au travers et ne plus avoir de fil métallique accroché dessus.

Pour les tubulures de type main ayant un fil métallique le long, la RIDT recommande aux acériculteurs de les conserver pour le moment, des solutions sont en cours de développement pour tenter de les accepter tel quel, mais sans certitude toutefois.

Vous avez des questions pour savoir quoi faire avec vos tubulures, contactez la RIDT au (418) 853-2220 poste 2 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comment fonctionne la gestion des matières résiduelles au Témiscouata ?

Depuis 2007, la gestion des matières résiduelles au Témiscouata a été régionalisée et confiée à la RIDT par les 19 municipalités de la région. Pour ce faire, elle a mis en place un ensemble des services de proximité, en effectue la gestion et s’assure de leur efficacité au meilleur coût pour les utilisateurs.

Différentes activités permettent de s’assurer que les matières qui ne sont plus utilisées par les citoyens et entreprises soient gérées adéquatement en fonction de la réglementation et en évitant au maximum leur enfouissement.

Ainsi, une quinzaine d’employés et une multitude de partenaires/sous-traitants permettent à la RIDT d’effectuer la collecte des déchets et du recyclage en bacs roulants et en conteneurs, d’exploiter le lieu d’enfouissement technique régional et les 4 écocentres, de voir au recyclage des matières recueillies et de procéder à la vidange systématique des boues d’installations septiques.
De nombreuses autres activités complètent les services disponibles comme les dépôts municipaux, la mise en valeur des surplus de textiles et des biens réutilisables et le pré-tri des tubulures d’érablière.

pdfFonctionnement de la RIDT 2022

La RIDT est une organisation municipale et, chaque année, les services sont budgétés au prix coûtant pour les municipalités.
Les dépenses non couvertes par des subventions ou des revenus de facturation sont réparties sous forme de quote-part à chacune des municipalités membres.

En 2022, le montant total des quotes-parts municipales est similaire à celui facturé en 2010, il y a 13 ans, et ce malgré l’augmentation des volumes de matières traitées et les investissements réalisés. Chaque municipalité utilise sa propre méthode de calcul pour établir une taxe de service qui est chargée à ses citoyens et entreprises, pour financer cette quote-part à la RIDT. En moyenne, pour une résidence, il en coûte moins de 5 $ par semaine pour bénéficier de l'ensemble des services en gestion des matières résiduelles mis en place.

Depuis 2010, la RIDT et les municipalités ont fait le choix d’offrir de multiples services, accessibles gratuitement, pour éviter l’enfouissement de matériaux. Comme pour d’autres services municipaux, le financement de ces services est globalisé dans la taxe de service annuelle.

 

Le budget d’opérations 2022 de la RIDT est de 4 460 000 $ et est financé à 60 % par les municipalités membres.
La facturation de services aux utilisateurs (15 %), la revente de matériaux (2%) et des subventions de fonctionnement (23%) complètent les revenus.

 Schéma - Répartition couts 2022

Comme on peut le constater un peu partout au Québec, la gestion des déchets (collecte et enfouissement) représente la plus grosse partie des coûts par rapport aux autres activités de recyclage et de valorisation.

Il est donc de plus en plus vrai que chaque petit geste de tri bien effectué peut permettre de limiter l’augmentation des coûts des services dans le futur.


Bien qu’un grand nombre d’utilisateurs fassent les efforts nécessaires, certains autres ne trient pas leur matière ou utilisent mal les services. Cela engendre alors des hausses de coûts généralisés, ce qui n’est pas équitable pour ceux ayant fait les bons gestes.
Voici quelques exemples de mauvaise gestion des déchets qui finissent par coûter cher à l’ensemble de la population.

 Montage mauvaise utilisation

Du bois, du recyclage, des matériaux de construction dans les déchets ou bien des bacs à recyclage utilisés pour les déchets sont quelques exemples …

Dans un avenir assez rapproché, la RIDT et les municipalités devront s’assurer que l’ensemble des citoyens et entreprises participent encore plus adéquatement aux efforts pour limiter l’enfouissement des déchets. Les frais exigés pour les services de gestion des matières résiduelles pourraient alors devenir proportionnels aux efforts faits par chaque foyer et entreprise, comme cela se fait ailleurs au Québec.

La mise à disposition pour tous les utilisateurs de différents moyens pour gérer leurs matières organiques constitue la prochaine étape pour 2022.

 

Feuilles d’automne : plusieurs solutions à votre disposition !

L’automne tire à sa fin et la corvée de gérer les feuilles mortes est arrivée.
Il n’est maintenant plus possible de mettre vos feuilles mortes ou vos résidus verts avec vos déchets.
Le camion de collecte ne ramassera pas les sacs qui sont présentés à la collecte car de nouvelles règles gouvernementales bannissent leur enfouissement.

En effet, les feuilles mortes font partie des déchets organiques qui, en se décomposant, enrichissent le sol.
Plusieurs options s’offrent à vous pour éviter leur enfouissement :

  • Tondre les feuilles assez finement et les laisser sur place. En le faisant régulièrement, au fur et à mesure qu’elles tombent pour ne pas avoir de grande quantité en même temps, elles seront d’engrais à votre terrain
  • Utiliser des feuilles comme un paillis dans les plates-bandes ou au pied des arbres et arbustes. Dans ce cas, les feuilles déchiquetées sont recommandées car entièrement elles risquent de créer une couche imperméable qui limite la circulation de l’eau et de l’air vers le sol. Elles occuperont plusieurs rôles comme couche de protection, réserve à nutriments et refuge pour de nombreux petits insectes.
  • Composter les feuilles en les mélangeant avec d’autres matières vertes comme des résidus alimentaires végétaux ou des résidus de jardins. Attention cependant, les feuilles mortes sont des matériaux riches en carbone et pauvres en azote. Formant de gros volumes, il est possible que le composteur ne puisse pas toutes les recevoir en même temps. Faites un tas de réserve pour les utiliser toute l’année.
    Vous pouvez aussi composter « au naturel » en faisant un grand tas au fond du terrain que vous retournerez de temps en temps. Simple et efficace …

Vous avez de trop grande quantité de feuilles ou vous voulez simplement les ramasser avant l’hiver sans les gérer sur votre terrain ?

Chaque municipalité du Témiscouata dispose d’un dépôt qui peut recevoir vos feuilles, aucune collecte n'est prévue.
Voici une liste des endroits qui sont accessibles aux citoyens :

  • Auclair   - Enclos de béton près du garage municipal - 192, route 295
  • Biencourt   - Enclos de béton sur le terrain municipal sur le chemin de la Rivière-Horton - Aller chercher la clef au bureau municipal
  • Dégelis   - Écocentre - 297, route 295
  • Lac-des-Aigles   - Enclos de béton près de la caserne - 15, rue Bélanger
  • Lejeune   - Enclos de béton près de l'entrepôt à sel - rue St-Laurent
  • Packington   - Garage municipal - 49, rue Principale
  • Pohénégamook   - Écocentre - 480, rue du Parc Industriel
  • Rivière-Bleue   - Garage municipal - 44, rue de la Jeunesse
  • Saint-Athanase   - Garage municipal - 1156, route de Picard
  • Saint-Elzéar-de-Témiscouata   - Garage municipal - route de la Montagne
  • Saint-Eusèbe   - Près de l'entrepôt à abrasif - 295, route Principale
  • Saint-Honoré-de-Témiscouata   - Garage municipal - 180, rue Principale
  • Saint-Jean-de-la-Lande   - En arrière du Centre des Loisirs - 824, rue Principale
  • Saint-Juste-du-Lac   - Garage municipal - 42, chemin Principal
  • Saint-Louis-du-Ha! Ha!   - Garage municipal - 174, rue Raymond
  • Saint-Marc-du-Lac-Long   - Terrain à l'arrière du bureau municipal - 12, rue de l'Église
  • Saint-Michel-de-Squatec   - Écocentre - 90, route 295 nord
  • Saint-Pierre-de-Lamy   - Ancien garage municipal - 120, route de l'Église
  • Témiscouata-sur-le-Lac quartier Cabano   - Écocentre - 53, route 232 Est
  • Témiscouata-sur-le-Lac quartier Notre-Dame-du-Lac   - Stationnement municipal du camping/plage - entre le 2497 et le 2501, rue Commerciale sud

Merci de respecter les consignes indiquées et de conserver ces lieux propres et sans autres déchets.

Vous avez besoin de grandes quantités de feuilles mortes pour vos jardins, vos vergers ou autres ?
Contactez la RIDT ou aller récupérer directement cette matière première dans les dépôts municipaux.

     ---------------------------------------------------------------

D’ici l’été 2022, la RIDT et les 19 municipalités du Témiscouata offriront à tous les citoyens et entreprises de la région des moyens afin de gérer et valoriser l’ensemble de leurs matières organiques (résidus verts et résidus alimentaires). L’orientation choisie privilégie la réduction à la source, évite l’émission de gaz à effet de serre et permet à chacun de faire sa part en fonction de ses intérêts tout en limitant les coûts pour l’ensemble de la population.

Plus d'informations ...

 

Congés fériés - 24 juin et 1er juillet 2021

Comme indiqué sur l’aide-mémoire de collecte distribué dans tous les foyers de la région

  • Jeudi 24 juin 2021
    • Tous les écocentres fermés
    • Aucun changement de collecte pour les bacs roulants
  • Jeudi 1er juillet 2021
    • Tous les écocentres fermés
    • Modification des collectes de bacs roulants
      • Secteur St-Louis-du-Ha! Ha! et Témiscouata-sur-le-Lac quartier Notre-Dame-du-Lac devancé au mercredi 30 juin 2021
      • Secteur Témiscouata-sur-le-Lac quartier Cabano reporté au vendredi 2 juillet 2021

Bons congés à tous et toutes.

Masques de procédure : « recycler » ou jeter au bon endroit ?

Depuis l’annonce par le gouvernement que les élèves doivent porter un masque jetable à l'école et que les centres de services scolaires doivent leur fournir deux masques chaque jour, la question de la disposition de ces masques est devenue un sujet d’intérêt.

Pour le Centre de service du Fleuve et des Lacs, cela peut représenter 75 000 masques par mois, pesant environ 3,5 grammes chacun.

Puisque différentes informations circulent dans les médias et sur Internet, la RIDT a essayé d’identifier les possibilités pour gérer ces masques le mieux possible après leur utilisation.


En premier lieu et dans tous les cas, il est important de savoir que ces masques ne doivent jamais être mis avec les matières recyclables.


Étant des matières « contaminées », la disposition de ces équipements de protection individuelle doit être conforme aux règles émises par la Santé publique afin d’éviter tout risque de contamination.
Actuellement, Recyc-Québec préconise de disposer de ces matériaux avec les déchets dans des contenants fermés.

 RQ Disposition masques

 

Les options de « recyclage »

RECYC-QUÉBEC a publié le 16 décembre dernier un document intitulé « Entreprises offrant des services de récupération de masques et d’équipements de protection individuelle ». Une mise à jour du document a été faite le 26 mars 2021 pour mettre à jour les diverses possibilités qui s'offrent au Québec pour disposer des masques jetables.

On peut ser rendre compte qu’actuellement, une seule entreprise en mesure de recycler les masques de procédure au Québec.

 

Dans tous les cas, les frais facturés par les quatre entreprises pour participer à leur programme sont très élevés et peuvent facilement dépasser les 13 000 $ par tonne. Si on compare, une tonne de déchets enfouis localement, à Dégelis, coûte à peine 120 $ par tonne.

Bien qu’aucune étude scientifique n’ait encore été faite, on peut aussi émettre un doute sur le gain environnemental de ce "recyclage" des masques par rapport à l'enfouissement au niveau local. Il faut en effet transporter les masques sur de très grandes distances (émission de gaz à effet de serre) et la valorisation énergétique (incinération) entraîne des émissions polluantes. La traçabilité des matières est aussi un défi pour s'assurer que tout soit fait conformément aux normes en vigueur.

Le directeur des programmes d’étude en écoconseil à l’Université du Québec à Chicoutimi, Jean-François Boucher, a analysé les différentes options qui s’offrent aux utilisateurs des masques jetables.
Il juge que l’enfouissement des masques placés dans un sac étanche est un compromis acceptable d’un point de vue environnemental.
« La valorisation énergétique d’un produit qui est à la base pétrolier comme le polypropylène principalement, ça redevient en bout de ligne des émissions d’origine fossile et donc ce n’est pas la meilleure des solutions à mon avis d’un point de vue environnemental. »
https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/place-publique/segments/entrevue/340410/masques-jetables-enfouissement-valorisation-ecoconseil

Le directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED), Karel Ménard, soutient que certaines méthodes de récupération peuvent avoir des impacts négatifs sur l’environnement.
« Ce n'est pas parce qu'on récupère l'énergie que c'est bon pour l'environnement [...] C'est malheureux à dire, mais souvent, l'enfouissement du masque, purement et simplement, est peut-être la meilleure des options, et certainement la moins chère également »
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1766460/recuperation-masques-procedure-ecoles-quebec-recyclage-incineration-revalorisation

 

Un Noël zéro déchet : les cadeaux

 

Écrit en collaboration avec la Coopérative Incita - 2020-12-02

Un Noël zéro déchet : les cadeaux

2020 aura été une année marquante, c’est certain! Et ce n’est pas tout à fait terminé, puisque les restrictions gouvernementales concernant la COVID-19 sont toujours en vigueur. Nous aurons donc des Fêtes de fin d’année différentes des précédentes. Malgré cela, il est tout de même possible d’en profiter et pourquoi ne pas tenter d’y intégrer un soupçon de réflexion vers le zéro déchet.

Puisqu’on sera probablement en comité réduit, moins nombreux qu’à l’habitude autour de la table, c’est un bon moment pour essayer de réduire la quantité de déchets produite à Noël. On peut peut-être commencer par un de ses symboles : le fameux cadeau.

Par où commencer?

Commencer sa transition zéro déchet, c’est souvent se sentir face à une immense montagne. On ne sait pas forcément par où débuter, ni comment s’y prendre. Heureusement, il existe une hiérarchie d’action pour débuter cette transition : les 4 R.

  • Refuser ce dont on n’a pas besoin.
  • Réduire notre consommation.
  • Réutiliser/Réparer au lieu d’acheter neuf.
  • Recycler/Composter

Ces 4 R sontprésentés par ordre d’importance : en priorité, il faut refuser et réduire notre consommation. Avant d’acheter neuf, se poser la question : en ai-je vraiment besoin? Est-ce que je ne pourrais pas emprunter cet objet à un.e ami.e ou le trouver en friperie?

Un cadeau «écolo» : comment faire?

Offrir un présent «zéro déchet», c’est beaucoup plus facile qu’on ne le pense. Déjà, rappelons ce que zéro déchet signifie : il ne s’agit pas de ne plus produire aucun déchet, mais bien de tendre vers un mode de vie qui en produit moins. Pour cela, il faut adopter quelques réflexes simples, aussi simples que celui de prendre un masque quand on sort de chez soi.

Imaginez-vous une échelle : sur le plus haut barreau, la solution ultime, celle qui ne produit AUCUN déchet. Dans le cas présent, il s’agirait de ne pas recevoir ni offrir aucun cadeau. Ensuite, sur le barreau le plus bas, la moins bonne solution. Dans ce cas, il s’agirait d’offrir un cadeau fabriqué loin d’ici, qui n’est pas durable ou pire qui n’est pas voulu. Évidemment, il n’y a rien de dramatique à ça, mais il faut essayer de l’éviter.

Entre ces deux barreaux, il y en a plein d’autres et une échelle de solutions nuancées selon ce que vous êtes prêt.es à faire. Il suffit donc de repérer la solution qui vous convient le mieux, selon votre contexte de vie.

Quelques exemples :

  • Vous pouvez offrir une expérience ou du temps avec la personne.
  • Un.e enfant ne fera pas la différence entre un jouet usagé ou un jouet neuf, son humeur sera le même. Alors, pensez aux objets de seconde main.
  • Pourquoi ne pas offrir du fait-maison? Quelque chose à manger, qui se consomme immédiatement ou qui se conserve. Si vous avez une âme d’artiste, vous pouvez également offrir l’une de vos créations. Généralement, les personnes qui reçoivent un cadeau fait-maison sont très touchées, puisque celui ou celle qui offre a pris le temps de concevoir le cadeau. C’est une belle preuve d’amour ou d’amitié!

Nous avons la chance de vivre dans une région riche en artisans de toutes sortes. Si vous voulez acheter neuf, pensez à acheter local, surtout en ce moment plus difficile, disons-le.

Et si on ne se faisait pas de cadeau?

Rappelons-le : rien n’est obligatoire et encore moins les cadeaux. Du moins, entre adultes, parce que je pense que les enfants ne seraient pas d’accord.

Combien de fois a-t-on reçu un cadeau qui ne nous plaisait pas ou tout simplement dont nous n’avions pas besoin? Il reste dans notre placard pendant quelques années, puis nous nous en débarrassons. Ce genre de choses peut être évité assez facilement, il suffit de communiquer clairement les choses.

Dire que l’on ne veut pas de cadeau, ça semble simple, et pourtant. C’est une règle non écrite de politesse, quand quelqu’un dit qu’il ne veut pas de cadeau, on lui en fait quand même; quand l’hôte dit ne rien apporter… on apporte tout de même un petit quelque chose. L’intention est bonne, certes, mais parfois incompatible avec notre réelle volonté. Il ne faut donc pas hésiter à insister, en expliquant sa démarche.

Astuce : Pourquoi ne pas faire comme Mélissa de La Fontaine l’explique dans son livre Tendre vers le zéro déchet : envoyer à nos proches un «guide pour m’offrir un cadeau». C’est amusant, et cela permet de faire passer le message en douceur.

Quoi qu’il en soit, même si ces Fêtes seront particulières à leur manière, elles n’en restent pas moins un moment pour souffler, se ressourcer auprès de ses proches et échanger sur cette folle année qui vient de s’écouler. Vous verrez probablement, une fois de plus, des cadeaux inutiles s’échanger : ne paniquez pas! Vous ne pouvez pas tout contrôler.

Bonne fin d’année 2020!

Changement de collectes - Fin d'année 2020

En cette fin d’année 2020, toute l’équipe de la RIDT vous souhaite un joyeux temps des fêtes, rempli de bonheur et de bons moments.

Depuis le début décembre, l’horaire hivernal des écocentres est débuté mais ils restent accessibles durant tout l’hiver.
Vous pouvez consulter les horaires sur votre aide-mémoire de collecte ou ici.


Comme cela était prévu pour la collecte des bacs roulants à déchets et à recyclage, il n’y aura pas de collecte les vendredis 25 décembre 2020 et vendredi 1er janvier 2021.

Pour ces jours fériés les informations contenues dans l’aide-mémoire de collecte contiennent certaines erreurs malheureusement.

 

Collecte des bacs roulants à recyclage du vendredi 25 décembre 2020

  • Partie St-Eusèbe faite le vendredi d’habitude - collecte avancée au mardi 22 décembre avec le reste de St-Eusèbe
  • Partie Témiscouata-sur-le-Lac faite le vendredi d’habitude - collecte avancée au jeudi 24 décembre avec le reste de Témiscouata-sur-le-Lac
  • Packington, St-Jean-de-la-Lande, Rivière-Bleue et St-Marc-du-Lac-Long - collecte avancée au mercredi 23 décembre

 

Collecte des bacs roulants à déchets du vendredi 1er janvier 2021

  • Partie St-Eusèbe faite le vendredi d’habitude - collecte avancée au mardi 29 décembre avec le reste de St-Eusèbe
  • Partie Témiscouata-sur-le-Lac faite le vendredi d’habitude - collecte avancée au jeudi 31 décembre avec le reste de Témiscouata-sur-le-Lac
  • Packington, St-Jean-de-la-Lande, Rivière-Bleue et St-Marc-du-Lac-Long - collecte avancée au mercredi 30 décembre

 

Pour la période hivernale, l’écocentre secteur Dégelis est ouvert du lundi après-midi au vendredi mais sera fermée les vendredi 25 décembre et vendredi 1er janvier. Les écocentres de Pohénégamook, Squatec et Témiscouata-sur-le-Lac sont ouverts tous les samedis mais seront fermés le samedi 26 décembre.

 

Il est important de mettre ses bacs au chemin la veille au soir des journées prévues et de les laisser tant que la collecte n’est pas effectuée.
Les collectes pourront avoir lieu tard dans la journée ou en soirée pour certains endroits, du fait que les secteurs seront plus importants pour ces journées.

Merci de votre habituelle collaboration.

Début de l'horaire d'hiver pour les écocentres

Les 4 écocentres du Témiscouata restent ouverts durant l'hiver mais les horaires d'ouverture sont modifiés à partir du 30 novembre 2020.
Bon début d'hiver et continuez à profiter des écocentres pour vous débarrasser de vos matériaux de la manière la plus écologique possible.

http://www.ridt.ca/ecocentres

Horaire hiver écocentres

 

Inscription au Défi Poubelle rebelle

 

Logo poubellerebelle rvb

 

Tendre vers le zéro déchet

Pour lancer la démarche, une conférence présentée par Mélissa De la Fontaine, a eu lieu le 28 janvier 2021 par visioconférence.
En 2013, Mélissa adoptait pour la première fois une résolution du jour de l’an, celle de tendre vers un mode de vie zéro déchet. Lors de sa conférence, elle racontera les hauts et les bas de cette belle aventure des dernières années : ses succès et ses échecs, ses bons et ses mauvais coups. Sans prétendre détenir la recette ultime du zéro déchet, elle partagera ses trucs et astuces ainsi que ses réflexions sur notre façon de (sur)consommer.

 


Les inscriptions au défi sont terminées et le projet débutera sous peu.

La ville de Témiscouata-sur-le-Lac en collaboration la Régie intermunicipale des déchet de Témiscouata, Cascades Emballage carton-caisse – Cabano et Amarante-épicerie écologique souhaitent outiller la communauté afin de leur permettre un geste à la fois, de diminuer leur empreinte écologique.

Vous avez envie d’agir pour la protection de l’environnement en réduisant la taille de votre poubelle ! Soumettez votre nom dès maintenant. Les 25 premiers à s’être inscrit participeront à la première édition Poubelle rebelle – Défi zéro déchet. Les 25 foyers de la ville seront accompagnés pendant quatre mois, dans leur projet de modifier leurs habitudes et diminuer leur quantité de déchets.

 

Pourquoi faire le défi ?
• Pour modifier vos habitudes, un geste à la fois ;
• Pour découvrir des trucs simples et faciles pour réduire la taille de votre poubelle ;
• Pour obtenir du soutien dans votre processus ;
• Pour relever le défi en groupe et faire mieux pour votre milieu.

Le Zéro déchet, c’est...
• Consommer moins et mieux, recycler et composter;
• Cesser d’épuiser les ressources naturelles;
• Provoquer le changement par son pouvoir d’achat;
• Adopter des habitudes de vie qui tendent vers le zéro déchet, c’est opter pour des choix qui génèrent :

  • moins d’emballage;
  • moins de gaspillage;
  • qui limitent l’utilisation unique des objets.

Le recyclage et le compostage sont des moyens qui permettent de transformer un déchet en une ressource.


Les 25 foyers participants devront s’engager à :

1. Se fixer un objectif personnel de réduction des déchets.
2. Peser leurs déchets une fois par mois pendant la durée du défi.

La durée du défi, février à mai 2021
Les principaux objectifs du Défi :

  • Accompagner 25 foyers déterminés et prêts à s’investir dans le Défi Poubelle rebelle
  • Établir un diagnostic personnalisé à chacun des foyers inscrits
  • Outiller les participants pour faciliter leur démarche de réduction des déchets.

La Ville de Témiscouata-sur-le-Lac a pris le virage Zéro déchet et en a fait une valeur collective. En 2016, la municipalité a fait l’acquisition de voitures électriques et procédé à l’installation de plusieurs stations de recharge publiques. Contribuez au développement durable de notre région, bâtissons un avenir sain pour les générations futures en posant des gestes simples qui améliorent la qualité de notre environnement.

Par vos actions, vous pouvez réduire l’empreinte environnementale de ville, la MRC et même de la région, ainsi vous aidez à réduire les coûts liés à la collecte des matières résiduelles et à une foule d’autres services. Les efforts collectifs, des citoyens, des industries et des commerces font une grande différence pour améliorer notre milieu de vie, pensons-y !   

Pour toute question en lien avec ce projet, communiquez avec Anacha Rousseau, à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 418 854-2116, poste 218.

 

Nouveau transporteur - Décembre 2019

La Régie Intermunicipale des Déchets de Témiscouata souhaite informer les résidents des 19 municipalités du Témiscouata qu’une nouvelle entreprise effectuera la collecte des déchets et du recyclage. Depuis le 2 décembre 2019, ce service est rendu par Exploitation JAFFA.

Pour les bacs roulants, il n’y a pas de changement dans les journées de collecte habituelle, mais les horaires de passage des camions peuvent varier. Pensez à sortir vos bacs roulants la veille au soir des collectes.

Pour connaitre les journées de collecte, consultez votre aide-mémoire ou le site web de la RIDT.

Si votre bac roulant n'a pas été vidé à la fin de la journée prévue, n'hésitez pas à communiquer directement avec la RIDT au (418) 853-2220 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RIDT Changement transporteur décembre 2019

Pour les conteneurs à chargement avant, les journées de collecte ont pu être modifiées dans votre secteur, vous pouvez consultez les nouvelles journées prévues en cliquant ici. Notez que ces informations sont à titre informatif et que les conteneurs doivent être accessibles en tout temps pour permettre leur collecte.

NOUVEAUTÉ : Point de dépôt municipal à Auclair

La Régie intermunicipale des déchets de Témiscouata (RIDT) et la municipalité d’Auclair invitent les citoyens à utiliser le nouveau point de dépôt situé au garage municipal, 192, Route 295, pour y disposer leurs résidus verts, branches et résidus domestiques dangereux. Ce nouveau service de proximité n’est pas un écocentre et seuls ces trois types de matières sont acceptées. Ce point de dépôt est accessible du lundi au jeudi entre 8 h et 17 h.

Pour les autres types de matières comme le métal, les pneus, les résidus de construction, les appareils électroniques, etc., rendez-vous comme à l’habitude à l’écocentre de Dégelis ou de Squatec. Ce service est gratuit pour les citoyens et ouverts à l’année avec des horaires variables.

RÉSIDUS VERTS

Apportez vos résidus verts au point de dépôt d’Auclair. Ceux-ci seront ensuite acheminés vers un lieu de compostage. En évitant leur enfouissement, vous contribuez à réduire les gaz à effet de serre et à produire un compost de qualité. De plus, cela permet de répondre à l’interdiction gouvernementale d’enfouir les matières organiques d’ici 2020.

Les résidus verts sont : Pelouse, feuille morte, résidu de fleur, de jardinage et de déchaumage, terreau et terre d’empotage, copeau et brin de scie de bois naturel.

Afin d’obtenir une bonne qualité de compost, merci de déposer vos résidus verts en vrac. Simplement vider les sacs et les mettre dans la poubelle à côté.

BRANCHES

Une place est aussi prévue pour déposer les branches. Celles-ci seront ensuite broyées et valorisées en combustible. Assurez-vous que les branches soient libres de tous déchets, plastiques, pneus, etc.

Les branches acceptées sont : tronc d’arbre, arbuste, résidu d’élagage et sapin de Noël. Attention, les souches sont interdites, apportez-les à l’écocentre de Dégelis.

RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX (RDD)

Les RDD regroupent un grand nombre de produits d’usage courant. Toutefois, lorsqu’ils sont déposés dans les déchets ou vidés dans les éviers, ceux-ci présentent des risques pour la santé publique et pour l’environnement. En apportant vos RDD au point de dépôt situé au garage municipal d’Auclair, ceux-ci seront traités dans des usines spécialisées afin de les neutraliser ou de les recycler.

Les RDD les plus courants sont : peinture, vernis, teinture, aérosol, huile, pile, batterie, essence, décapant, pesticide et herbicides, produits pour piscine, etc.

Afin d’assurer la sécurité du lieu, apportez vos RDD dans un contenant de moins de 5 gallons étanche et identifié. Les résidus dangereux d’origine commerciale ou industrielle sont interdits ainsi que les produits explosifs, les médicaments et les BPC.

Véhicule électrique

À la fin de l'année 2017, la RIDT avait besoin de remplacer un véhicule automobile qui était arrivé à la fin de sa vie utile.

Après avoir analysé les besoins d'espace et les distances à parcourir sur une base régulière, elle a dressé un comparatif de différents véhicules potentiel pour faire son choix. Les possibilités variaient pour le type motorisation : essence, hybride essence/électrique ou 100% électrique.

Le choix du conseil d'administration s'est porté sur un véhicule de type Chevrolet BOLT EV 100% électrique.

BOLT EV RIDT

En effet, bien que le coût d'achat soit plus élevé qu'un véhicule à essence, ce véhicule électrique ne coûte pas plus cher qu'un comparable à essence ou hybride sur une période de 8 ans (durée de la garantie des batteries).


Ce comparatif prend en compte les coûts d'achat, d'entretien et les frais de carburant pour faire une distance de 20 000 km par année.

comparatif achat vehicule

La Chevrolet BOLT EV a une autonomie de 383 km selon le constructeur ce qui permet amplement de couvrir les besoins journaliers de la RIDT. Excepté pour les pneus et les freins, aucun entretien n'est requis sur ce véhicule, pas de changement d'huile ou autre.

Après 8 mois d'utilisation, incluant la période hivernale, les données réelles permettent de savoir que le coût d'électricité pour la RIDT revient à 2,15$/100 km. Durant la période plus chaude, l'autonomie augmente et le coût d'électricité devrait être d'environ 1,70$/100 km.

Pour comparaison, un véhicule à essence classique consommant 7,4 l/100 km aurait eu un coût de carburant de 9,28 $/100 km soit près de 6 fois plus que le véhicule électrique, sans considérer les coûts d'entretien qui sont plus élevés sur le véhicule à essence.

 

Plusieurs sites comportent des informations pour faire le choix d'un véhicule électrique.

Notamment le site de l'AVEQ, l'association des véhicules électriques du Québec qui a produit pdfle guide pour choisir un véhicule rechargeable.
Un résumé des différents véhicules existants et de leur caractéristique a été diffusé lors du dernier salon du véhicule électrique de Montréal.

guide vehicules rechargeables salon

 

 

 

Qui trie bien, va loin!

20 décembre 2016, Dégelis – Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur le recyclage, la Régie intermunicipale des déchets du Témiscouata (RIDT) et le centre de tri de la Société VIA lancent une série de capsules radio qui ont pour titre Qui trie bien, va loin, mettant en vedette des élèves de l’École primaire Desbiens de Dégelis. L’objectif de ces capsules est de sensibiliser la population à adopter de bonnes pratiques pour le tri sélectif des matières destinées au recyclage.

Les publicités-conseils mettent en lumière divers  questionnements en lien avec  les matières que l’on peut déposer ou non dans le bac bleu, qui par la suite se retrouveront au centre de tri Société VIA de Rivière-du-Loup.  Par exemple, que doit-on faire avec des vieilles lumières de Noël qui ne fonctionnent plus?  Elles devront malheureusement être mises aux déchets!  Elles ne se recyclent pas et elles peuvent causer des bris d’équipements au centre de tri.

Les capsules toucheront différentes problématiques selon les différentes périodes de l’année. Elles seront diffusées pendant les Fêtes et à d’autres moments pendant lesquels notre niveau de production de matières résiduelles est plus élevé comme au printemps pour les corvées de grand ménage et à la rentrée scolaire 2017. qui trie bien va loin

La RIDT invite la population à porter attention aux capsules sur les ondes d’Horizon FM et à consulter leur calendrier de collecte pour connaître tout ce qui va dans le bac bleu ainsi qu’à visiter le site Internet www.ridt.ca et celui de son partenaire :  www.societevia.com

Nous tenons à remercier Gilles Caron de Horizon FM et Michel Bois, directeur de l’école primaire Desbiens de Dégelis pour leur précieuse collaboration, sans oublier nos trois narrateurs en herbe, Félix, Annabelle et Éloise. Merci également à toute la population pour votre précieuse collaboration à faire de vos petits gestes quotidiens, des actions qui comptent!   Qui trie bien, va loin!

Capsule 1 - Qui trie bien, va loin!

P1080575

Capsule "Ça va où" avec Éloïse

Capsule "Décorations de Noël" avec Félix

Capsule "Jouets" avec Annabelle

Mini-collecte, Méga contribution

24 novembre 2016 – La Régie Intermunicipale des déchets du Témiscouata a fait le bilan sur les matériaux récoltés depuis dix ans via la mini-collecte, un système de récupération au profit d’organisme de bienfaisance.

Depuis 2006, grâce aux Témiscouatains, plus de 13 000 cartouches d’encre ont été remises à La Fondation Mira pour une valeur équivalente à 30 000$.  Cela a permis la formation d’un chien qui pourra servir d’accompagnateur à un non-voyant ou encore à un enfant avec un trouble du spectre de l’autisme.mini collecte 001

Plus de 1000 kg d’attaches pain et de goupilles en aluminium ont été remis à l’organisation Aidons William. Celle-ci vient en aide à un jeune homme qui est devenu quadriplégique à la suite d’un accident de motoneige dans la région de la Capitale-Nationale. 

Des centaines de lunettes de vue et de soleil ont été envoyées à Optométristes sans frontières.  Celles-ci ont été remises en état et expédiées à des personnes démunies dans des pays en voie de développement. Des casquettes sont aussi récupérées et prennent le même chemin.

De plus, la mini-collecte a permis de récupérer l’équivalent de 2,73 millions de piles alcalines de format AA et 14 200 tubes fluorescents et ampoules fluocompactes. Ils ont tous été envoyés au démantèlement dans des usines spécialisées. Ainsi, les éléments polluants et toxiques, comme le mercure, sont détruits ou recyclés en toute sécurité.

Initialement instaurée par des enfants en milieu scolaire, la mini-collecte a été élargie par la RIDT dans plus de 60 lieux de dépôts accessibles à toute la population du Témiscouata. Ce système a même été repris dans d’autres MRC et au nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Nous remercions tous les participants et encourageons les citoyens à continuer d’amasser ces articles et à venir les déposer dans une mini-collecte à proximité ou à l’un des quatre écocentres du Témiscouata. Visitez le www.ridt.ca pour plus d’informations.

(photo: don de 1030 kg de goupilles de canettes d'aluminium et attaches à pain)

P1080568P1080569