Différentes manières de valoriser toutes les matières organiques à la maison

Il n'existe pas une manière unique de mieux gérer ses matières organiques, tous les moyens sont bons et en voici quelques exemples, à chacun de faire son choix.

Chaque semaine de mai et juin 2022, la RIDT effectue une chronique sur la gestion de nos matières résiduelles sur les ondes de Plaisir 95.5 Dégelis.
Pour écouter la chronique sur les différentes manières de gérer les matières organiques à la maison, mp3c'est ici.

 

Depuis toujours, nous produisons des résidus alimentaires ou des résidus verts dans notre vie quotidienne mais nous avons perdu l’habitude de les réutiliser pour produire d’autres choses, comme cela se faisait par le passé. La gestion de ce type de matière était pourtant très simple à l’époque. Tout le monde évitait le gaspillage alimentaire, faisait du compostage dans le fond du jardin ou nourrissait ses animaux avec les résidus.

Comme on va le voir par la suite, si quelqu’un veut gérer ses matières organiques en totalité à la maison, c’est possible, il suffit de trouver la méthode qui lui convient.

La très grande majorité des matières organiques produites sont des résidus verts comme le gazon, les feuilles, les branches et les autres résidus de jardin mais certaines méthodes s’appliquent aussi aux résidus alimentaires.
Il existe trois options principales pour en effectuer la gestion :

  • le traitement sur place (in situ) par le citoyen
  • la collecte par apport volontaire (ex. : compostage communautaire, conteneur, écocentre), qui exige du citoyen de se déplacer pour apporter ses résidus dans un lieu identifié
  • la collecte porte-à-porte, qui offre le service de collecte à domicile au citoyen

 

Comme mentionné dans une autre chronique, le choix qui a été fait au Témiscouata est d’inciter les citoyens à effectuer le traitement des matières directement chez eux. C’est la meilleure solution et la plus logique pour :

  • disposer de ces matières à peu de frais
  • valoriser en engrais naturel ces matières encore considérées comme des déchets
  • éviter de dépenser de l’argent inutilement dans du transport et du carburant pour les camions
  • évitez l’émission de gaz à effet de serre lors des collectes

 

Il existe plusieurs manières différentes de valoriser ses matières organiques à la maison. Ces processus réfèrent tous au même principe naturel : Rien ne se perd, Rien de se crée, Tout se transforme !

 

L’herbicyclage et le feuillicyclage

Quand on retire des matières organiques d’un milieu, on l’appauvrit et on doit travailler encore plus fort après pour y réintégrer des engrais ou d’autres produits chimiques.
L’herbicyclage et le feuillicyclage sont des techniques simples et pratiques qui consistent à laisser au sol les résidus de tonte de gazon ou les feuilles d’automne préalablement déchiquetées. Celles-ci présentent de multiples avantages :

  • production d’un engrais naturel et gratuit qui enrichit le sol, par la décomposition des rognures de gazon et des feuilles
  • augmentation de la résistance à la sécheresse et aux maladies tout en préservant l’humidité du sol, contribuant ainsi à maintenir la pelouse en santé
  • économies de temps et d’argent rendues possibles par la réduction de l’arrosage et de l’utilisation de fertilisants

L'herbicyclage et le déchiquetage des feuilles épargnent du temps et du travail.
Nul besoin d'une tondeuse spéciale! Toutes les tondeuses à gazon font l'affaire.
On obtient toutefois de meilleurs résultats si les lames sont bien aiguisées et si la pelouse est sèche.

4 herbicyclage

L'herbe tondue fournit un engrais riche en azote. Lorsque l'herbe se décompose, elle enrichit la pelouse de plusieurs éléments nutritifs, notamment de l'azote, du potassium et du phosphore. Cet engrais pénètre rapidement dans la pelouse; il ne coûte rien, ne pollue pas et ne nuit aucunement aux organismes qui vivent dans le sol ni aux animaux.

 

Le compostage domestique dans un contenant ou en tas

Le compostage domestique est une solution simple qui consiste à retourner les matières organiques à la terre, à l’aide d’un composteur ou simplement en faisant un tas.
Cette pratique peut se faire facilement avec un minimum d’équipement et nécessite simplement un espace de terrain naturel. Il suffit par la suite d’alterner les couches de matières humides et les matières sèches qu’on y dépose, d’aérer de temps en temps et le tour est joué.

4 multiple composteurs

Une fois le processus terminé, on peut récupérer un bon engrais, le compost, utilisable directement à la maison.

Ce mode de gestion est particulièrement adapté pour les citoyens car ils génèrent de petites quantités de résidus alimentaires végétaux. Tout ne peut pas être déposé dans un composteur si on veut éviter certains désagréments.

Il existe des composteurs en bois, en plastique, double ou triple, fixe, rotatif ou mécanisé pour les plus technos.
Idéalement, on utilise deux composteurs en alternance pour optimiser son compost.

 
Le vermicompostage

On peut facilement confectionner ou bien acheter un vermicomposteur dont les "occupants" sont capables de digérer les déchets de cuisine sans odeur. Il occupe peu d'espace et en produit de petites quantités d'un excellent compost et d'un engrais liquide naturel.

Les petits vers adorent les fruits et les légumes, le marc de café (avec le filtre), les sachets de thé, les coquilles d'œufs (broyées)... Il faut veiller à couper les plus gros morceaux de fruits et légumes.
Par contre, ils n'aiment pas du tout le papier glacé ou de couleur, le sel, le vinaigre, les huiles, la viande, les os, le poisson et les produits laitiers.
De plus, évitez de leur donner des agrumes, tout comme des pelures de bananes qui attirent les petites mouches.

4 Vermicompostage

Un vermicomposteur n’est pas non plus fait pour traiter beaucoup de résidus alimentaires à la fois et ne peut recevoir aucun résidu vert.

Le vermicompost produit est riche en éléments nutritifs pour les végétaux (azote, phosphore, potassium, calcium et magnésium) et en oligo-éléments (cuivre, fer, manganèse, zinc...).
Il améliore l'aération, le drainage et la structure du sol tout en étant relativement neutre (pH = 6.2). Il n'a donc pas tendance à acidifier le sol. C'est un amendement idéal à ajouter au terreau des semis, des paniers suspendus, des bacs à fleurs, des aromates ou d'autres plantes d'intérieur.

Au Témiscouata, nous avons tout ce qu’il faut pour ceux qui voudraient débuter le vermicompostage.
L’association Entre-Amis fabrique certains modèles de vermicomposteur en plastique et l’entreprise Terram Vermiculture, située à Lejeune, effectue l’élevage intensif de vers et produit déjà un fertilisant de grande qualité. On peut aussi leur acheter des vers pour le vermicompostage.

Le vermicompostage est généralement apprécié dans les écoles ou pour les personnes habitant en appartement.

 

Le biodigesteur ou cône vert

Grâce à un procédé breveté par The Green Cone, le biodigesteur absorbe jusqu’à 1 kg déchets par jour, même ceux qui ne peuvent être compostés habituellement tels que viandes, poissons, produits laitiers, pain et agrumes.

4 biodigesteur

Semi-enterré dans le jardin, il utilise la chaleur fournie par le soleil pour favoriser la croissance des microorganismes indispensables à la dégradation des déchets.
Il transforme les déchets alimentaires en eau, en dioxyde de carbone et en quelques résidus.
Le cône vert est parfait pour les gens qui désirent se débarrasser de leurs restes de tables de façon écologique, avec un minimum d’effort.
Pas besoin de brasser! Seulement le vider après 3 ou 4 ans !

Il n’est pas conçu pour les gens qui veulent composter les résidus verts (branches, feuilles, plants) et pas non plus pour ceux qui désirent une production de compost pour leur jardin.

C’est la solution complémentaire idéale au composteur domestique.

  • Composteur domestique pour les résidus verts et les résidus alimentaires végétaux
  • Biodigesteur pour les résidus alimentaires d’origine animale ou difficile à composter

 

Le paillis avant compost

Dans la forêt, les feuilles forment un paillis protecteur sur le sol ou au pied des arbres puis en se décomposant tranquillement, deviennent de l’humus qui va nourrir à nouveau les mêmes arbres.

Dans un jardin, traditionnellement, on laboure le sol au début de chaque saison et on sarcle ou bine régulièrement tout l’été.
En fait, labourer ne serait pas bon pour le sol, cela détruit sa structure, élimine une bonne partie des micro-organismes bénéfiques qui y vivent et stimule la croissance des mauvaises herbes. Aussi, ce labourage constamment répété demande beaucoup d’efforts!
Il vaut mieux maintenir un bon paillis sur le sol en tout temps (environ 5 à 10 cm), ce qui gardera le sol meuble sans devoir le labourer et préviendra la germination des mauvaises herbes.

4 paillis feuilles

Au besoin, le paillis peut être tassé un peu pour dégager le sol et pouvoir planter de nouveaux légumes en racine.
S’il s’agit de graines, ne remettez pas le paillis tout de suite car les graines ne peuvent pas germer au travers.

Un paillis pour le potager peut être réalisé avec des feuilles d’automne déchiquetées, du compost plus ou moins mature ou des rognures de gazon (mélangés avec un autre matériel, sinon elles deviennent trop compactes) car ils sont à la fois légers et enrichissent le sol en se décomposant.

 

Les animaux de compagnie comme les poules

Bien que les poules soient des animaux omnivores, ce n’est pas une raison pour leur donner tous vos déchets de cuisine en guise de nourriture.
De mauvais choix peuvent provoquer des difficultés à digérer ou être toxiques, car certains aliments de notre quotidien peuvent se révéler nocifs pour les poules.

4 poules

Les aliments et restes d’aliments que l’on peut donner à nos poules sans aucun danger sont les suivants

Il est intéressant de noter que les poules peuvent également contribuer à diminuer la quantité de déchets verts issus de votre jardin. Par exemple, elles sont friandes d’herbe fraîchement tondue (à distribuer en petite quantité tout de même).
Idem, avant d’enlever les mauvaises herbes de vos pelouses ou platebandes, pensez à y laisser vos poules se balader.
Si l’on peut recycler nos restes en les donnant aux poules, il n’en reste pas moins qu’il s’agit uniquement d’un complément et non de repas complets. Les graines et céréales concassées doivent absolument rester la base de leur alimentation pour une santé optimale.

Certains autres déchets issus de votre cuisine ne doivent pas se retrouver dans votre poulailler.
Préférez donc les gérer d’une autre manière. Voici les aliments ou restes d’aliments à ne jamais donner aux poules :

 

Les systèmes de table de type TERO

La technologie de l'appareil Tero®, produit québécois breveté, transforme facilement et rapidement les déchets de table en un fertilisant naturel prêt pour les plantes, le jardin et la pelouse.
Cette technologie unique de séchage et de broyage est sans odeur et peu bruyante. Le coût d’achat de l’appareil est cependant élevé.

4 Tero

Tero recycle environ 95% des déchets alimentaires d’une cuisine, incluant les produits animaliers. Cela comprend les pelures de fruits et de légumes, les coquilles d'œuf, les petits os de poulet et de poisson, les produits laitiers, le marc de café et l'intérieur des poches de thé. Sa cuve peut contenir 4 litres soit assez pour une famille.

D’autres modèles concurrents existent comme le Foodcycler de Vitamix, le Lomi de Pela ou des systèmes de comptoir sans apport d’oxygène comme les Bokashi.

 

Autres moyens qui existent pour valoriser les matières organiques de manière industrielle, en dehors de la maison

Épandage

L’épandage est une méthode de recyclage simple, efficace et économique consistant à épandre les matières organiques résiduelles au sol, qu’elles aient subi ou non un traitement préalable de compostage ou de biométhanisation.
Les activités de recyclage au Québec sont rigoureusement encadrées par le MELCC de façon à assurer une pratique sécuritaire. Ces critères sont parmi les plus restrictifs au monde.

Compostage industriel

Le procédé de compostage à grande échelle permet de traiter autant les matières organiques d’origine végétale qu’animale, de même que les biosolides municipaux et les boues de fosses septiques. Différents procédés font appel à des niveaux technologiques variables selon les besoins et le contexte de l’installation (ex. en andains ou en tunnels, avec aération passive ou active, recouverts ou non). Procédé moins complexe et généralement moins dispendieux que la biométhanisation, le compostage à grande échelle permet de traiter autant des petits que des grands volumes de matières.

Biométhanisation

La biométhanisation est un traitement anaérobie (en l’absence d’oxygène) permettant de traiter les matières organiques et créant essentiellement deux produits : le digestat et le biogaz.
Le digestat est le résidu brut liquide, semi-solide ou solide qui, contrairement au compost, n’est pas stable. Pour être recyclé, il peut être épandu comme amendement de sol tel quel ou subir un traitement subséquent (ex. : compostage, déshydratation, séchage, granulation) avant son recyclage.
Le biogaz, une fois traité, peut être utilisé en substitution aux énergies fossiles, notamment comme carburant pour le chauffage ou le transport ou encore, être intégré dans le réseau gazier.
La biométhanisation s’avère plus complexe et onéreuse que le compostage et nécessite une quantité notable d’intrants en matières organiques afin d’être rentable.

Surcyclage par la production d’insectes

Le surcyclage des matières organiques par l’entremise des insectes est un traitement qui consiste à faire l’élevage d’insectes dont les larves se nourrissent de matières organiques résiduelles.
Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il s’agit d’une avenue très prometteuse. Riches en protéines et autres nutriments, les insectes ainsi produits peuvent notamment être destinés à la consommation humaine ou intégrés dans la fabrication de nourriture pour les animaux en remplacement de sources alimentaires moins durables.

 

Une visioconférence aura lieu au début du mois de juin 2022 sur les différentes manières de gérer ses matières à la maison.
Elle sera gratuite et accessible facilement sur Internet par le site web ou la page Facebook de la RIDT.