Le compostage domestique

Le saviez-vous : jeter nos restes de tables et autres matières organiques à la poubelle coûte cher et crée de la pollution.
À l'inverse, le compostage permet de créer de la « richesse » avec ses déchets !

Chaque semaine de mai et juin 2022, la RIDT effectue une chronique sur la gestion de nos matières résiduelles sur les ondes de Plaisir 95.5 Dégelis.
Pour écouter la chronique sur les différentes manières de gérer les matières organiques à la maison, mp3c'est ici.

 

De plus, les lieux d’enfouissement technique (anciennement appelé dépotoir, l’endroit où vont nos poubelles), tant celui de Dégelis qu’ailleurs au Québec, risquent de déborder à long terme s’il n’y a pas de changement dans la façon de gérer nos matières résiduelles.
Nous devons donc penser dès aujourd’hui à réduire de manière significative la quantité de déchets que l’on envoie à l’enfouissement.

Au Témiscouata, plus du tiers de nos poubelles est constitué de résidus verts ou de restes alimentaires qui peuvent être facilement compostés au lieu d’être enfouis. De plus, l’enfouissement des matières organiques sera bientôt banni par le gouvernement du Québec.
Les municipalités ont donc l’obligation de fournir à leurs citoyens des moyens pour les gérer.

Le compostage, la solution la plus cohérente écologiquement et économiquement pour le Témiscouata!

En effet, cette alternative permet d’éviter la mise en place d’une troisième collecte (bac brun), ce qui représente, pour les 9 600 foyers de la région, des économies annuelles de 350 000 $ juste au niveau des frais de collecte.
Le compostage à domicile permettra ainsi d’éviter environ 100 000 km que devraient parcourir les camions pour faire la collecte au porte-à-porte d’un bac brun.
Finalement, s’il fallait recueillir toutes les matières compostables dans des bacs roulants, le coût de traitement s’élèverait à plus de 75 000 $ chaque année.

C’est pourquoi la Régie intermunicipale des déchets du Témiscouata (RIDT) et les 19 municipalités membres misent sur la participation des citoyens en distribuant gratuitement à tous les résidents le matériel nécessaire au compostage domestique : composteur, tiges de fixation, aérateur, récipient de cuisine, mini-guide du compostage domestique.

C’est un moyen bon pour le porte-monnaie, bon pour les plantes et le sol et bon pour l’environnement.

 Visuel Bannière web moyenne

Pour vous accompagner dans votre projet de compostage, nous vous présentons ici l’essentiel des choses à connaître pour bien réussir son compost !

Vous pouvez aussi consultez pdfle mini-guide du compostage qui a été distrobué avec les équipements.

 Visuel Mini guide compostage couverture

Visionnez cette vidéo très intéressante pour comprendre ce qu'est le compostage domestique.

Source : collaboration avec la Ville de Trois-Rivières

 

Choisir l’emplacement

Quand vous avez reçu l’équipement chez vous (livraison à chaque porte, sans inscription nécessaire), la première étape est de choisir l’emplacement.
Pour ce faire, pensez à l’utilisation que vous souhaitez faire de votre composteur, notamment :

  • L’hiver, souhaitez-vous apporter vos matières au fur et à mesure ou encore prévoyez-vous les accumuler dans une chaudière à l’extérieur pour les transférer au printemps ?
    Dans le premier cas, l’accessibilité et la proximité de votre composteur est un critère important, alors que dans le second, votre composteur pourrait être situé un peu plus loin sur votre terrain sans problème.
  • L’espace disponible et le nombre de composteurs que vous souhaitez avoir.
    Il peut être facilitant d’avoir deux composteurs, soit un premier en remplissage et l’autre en maturation, afin de faciliter la manutention de votre compost lors de sa récolte.
    De plus, vous pouvez ajouter un contenant fermé à proximité de votre composteur pour entreposer vos feuilles à l’automne. Prévoyez donc assez d’espace pour pouvoir accéder à votre (vos) composteur(s) et manipuler votre compost avec aisance.
  • Considérez également l’ensoleillement qui a un impact sur votre compost.
    Si l’emplacement est trop ensoleillé votre compost pourrait souffrir de sécheresse et il faudra alors l’arroser pour que la décomposition se poursuive.
    Si l’emplacement est trop ombragé, le surplus d’humidité pourrait causer des mauvaises odeurs, l’apport de matières brunes comme les feuilles mortes devra donc être plus important.
  • Portez attention également au drainage du sol, car un sol mal drainé peut apporter un surplus d’humidité à la base de votre composteur, ralentir la décomposition et occasionner de mauvaises odeurs.
 
Installer son composteur

À l’installation, votre composteur doit être en contact direct avec le sol.
Retourner la terre à la base afin de faciliter la montée des organismes décomposeurs qui sont déjà présents dans votre sol.

Vous pouvez utiliser les 4 tiges d’ancrage qui sont fournies avec le composteur domestique pour le fixer au sol
Au besoin, ajouter une vis sur la porte avant pour éviter qu’elle ne s’ouvre et une brique ou une roche sur le couvercle si vous êtes dans un endroit avec beaucoup de vent.

Aucun achat d’activateur n’est nécessaire
Au démarrage de votre compost, vous pouvez ajouter avec vos premières matières quelques pelletées de terre trouvée dans votre jardin, vos plates-bandes ou sous votre pelouse.

 

Remplir son composteur

Avant de commencer à la remplir, vous pouvez déposer au fond quelques petites branches, des feuilles ou du foin pour servir de base légèrement aérée.
Pour produire du compost, votre composteur a besoin de 4 ingrédients clés :

  • des matières vertes (généralement humides et molles, riches en azote) : Pelures, épluchures et restes de table d’origine végétale, fleurs et plantes non séchées, …
  • des matières brunes (généralement sèches et rigides, riches en carbone) : Matière plus ligneuse/fibreuse comme les feuilles d’automne, le papier journal, les sacs en papier, le pain, le marc de café, les essuie-tout et les copeaux de bois
  • de l’humidité : Si le compost est trop sec, sa décomposition sera très lente ou même arrêtée. S’il est trop humide, il risque de sentir mauvais. Le taux d’humidité idéal doit rappeler celui d’une éponge bien essorée.
    Idéalement, on conserve un contenant pour l’eau de pluie à proximité et on utilise cette eau
  • de l’air : les organismes décomposeurs ont besoin d’air pour travailler. Un manque d’aération peut occasionner de mauvaises odeurs ou encore l’arrêt de la décomposition. Afin de maximiser le temps de décomposition de vos matières, un composteur devrait idéalement être aéré (brassé) aux 2 semaines. Utilisez l’aérateur/mélangeur fourni avec votre équipement.

 

Les matières à éviter

  • les matières d’origine animale : viandes, poissons, fruits de mer ou produits laitiers
  • Les mauvaises herbes en graines et leurs racines ainsi que les plantes malades
  • Les cendres, excréments d’animaux, la poussière, etc.

 

Conseils d’utilisation

Voici quelques conseils pour faciliter votre compostage au quotidien :

  • Respectez la règle du 2 pour 1
    2 parts de brun (ex. : feuilles mortes, papier brun, etc.) pour 1 part de vert (ex. : légumes, fruits, pain, etc.). Autrement dit, pour chaque contenant (ex. récipient de cuisine) que vous apportez dans votre composteur, remplissez deux fois ce contenant de matières brunes et versé le par-dessus les matières vertes/humides. En effet, presque la totalité des matières qui sortiront de votre cuisine sera composée de matière verte.
  • En mettant systématiquement des matières brunes par-dessus vos fruits et légumes, vous évitez le développement des mauvaises odeurs. Vous évitez aussi d’attirer des indésirables comme les mouches, ratons laveurs, moufettes, etc.
  • Certaines matières sont plus denses ou plus difficiles à composter comme les épis de maïs, les noyaux, les pelures de melon ou de courge ainsi que les coquilles d’œufs. Pour faciliter leur décomposition, vous pouvez couper, broyer ces matières ou éviter d’en mettre en grande quantité.

Sinon, pour toutes les matières plus difficiles, vos surplus de matières ou les résidus de table d’origine animale, utilisez un point d’apport volontaire dans votre municipalité.

 

Comment savoir si mon compost est prêt ?

Votre compost est prêt lorsqu’on ne distingue plus les résidus alimentaires et qu’il a l’apparence et l’odeur du terreau. Selon votre pratique du compostage, votre compost peut être prêt entre 3 mois … ou 3 ans.

  • Si vous respectez les bonnes pratiques listées ci-haut et que les conditions de votre composteur sont idéales, votre compost pourrait être prêt après une maturation de seulement 3 mois!
  • Vous pouvez aussi choisir de laisser la nature aller à son rythme et d’intervenir le moins possible, soit seulement lorsqu’il y a un problème apparent. Alors votre compost pourrait prendre jusqu’à 3 ans de maturation.

Toutes les matières ne se décomposeront pas au même rythme en fonction de leur composition et de leur densité. C’est pourquoi, lors de la récolte de votre compost, vous aurez peut-être besoin de renvoyer quelques morceaux plus coriaces pour une autre ronde de maturation dans le composteur. Mais ce n’est pas un problème en soi!

 

Où et pourquoi utiliser le compost ?

Le compost améliore la santé de du sol, il l’enrichit non seulement d’éléments minéraux et nutritifs, mais il améliore également sa structure et son drainage (capacité à retenir ou à écouler l’eau au besoin).

De plus, les plantes qui poussent dans un sol sain ont une plus grande tolérance à la sécheresse, aux maladies et aux insectes. Ces propriétés sont bien connues des jardiniers qui l’utilisent abondamment dans leur potager.

Vous n’avez pas de potager? Vos platebandes, vos fruitiers ou votre pelouse adoreront profiter de votre compost! Sinon, vous pouvez toujours faire le bonheur d’un ami ou d’un voisin en lui donnant votre compost. Le compost est une ressource précieuse!

  • Pour vos plates-bandes, ajoutez au printemps une couche de compost entre 1 cm à 5 cm d’épaisseur. Si votre plate-bande est recouverte de paillis, tasser le paillis, ajouter le compost sans l’enfouir et remettre le paillis.
  • Pour votre pelouse, vous pouvez simplement épandre au printemps ou à l’automne une mince couche de compost une fois par année ou à tous les 2-3 ans.

Retrouvez toutes les informations pratiques dans pdfle mini-guide du compostage qui sera laissé avec l’équipement de compostage devant votre porte. La distribution débute la semaine prochaine et s’étalera sur environ 1 mois.

 

Plus d'informations sur le compostage domestique
  • Séance d'information publique
  • Trucs et astuces
  • Liste détaillée des matières compostables

Matières vertes

  • Café (résidus)
  • Céréales et pains
  • Champignons
  • Fleurs
  • Fruits et légume (pelures, noyaux et résidus)
  • Légumineuses
  • Maïs (en petite quantité, couper l’épis pour faciliter son compostage)
  • Pâte alimentaire (attention si votre sauce contient de la viande ou des produits laitiers)
  • Plantes et fleur (attention lorsque la plante est en graine pour ne pas les propager)
  • Rognure de gazon (attention de respecter le ratio   2 brun pour 1 vert, en trop grande quantité peut dégager des odeurs d’ammoniac, favoriser l’herbicyclage)

 

Matières brunes

  • Branches et brindilles (moins de 1cm)
  • Copeaux sciures et granule de bois (bois propre seulement)
  • Filtre de café
  • Écales (noix, arachides, graines)
  • Feuilles mortes
  • Paille et foin (attention à l’introduction de graines de mauvaises herbes)
  • Papier journal (l’encre de couleur peut contenir des métaux et produits chimique)

Petit truc, si vous manquez de matières sèches. Il y a un dépôt de résidus verts dans chaque municipalité. Cela peut-être le bon endroit pour s’en procurer.

 

Matières neutres

  • Coquille d’œufs (broyé)
  • Cendres (neutre)

 

Matières à éviter

  • Charpie de sécheuse
  • Poisson, crustacés et mollusques
  • Excrément et litières d’animaux domestique ou d’élevage
  • Gras et huile
  • Viande
  • Produits laitiers
  • Produits certifiés compostables

 

Matières avec restrictions
  • Matières acides en excès peuvent ralentir le processus de compostage
  • Le papier et le carton a une meilleure valorisation environnementale par le recyclage
  • Feuilles de rhubarbe (contient une toxine pour l’humain qui finit par se décomposer et se neutraliser on peut donc les mettre dans le compostage domestique)
  • Produits blanchis (ex. papier essuie-tout) contiennent des produits chimiques qui ne sont pas comestibles pour nos organismes décomposeurs. Ces produits peuvent donc être plus long que leur équivalent non blanchi à décomposer.
  • Plantes malades (surtout une maladie de nature champignon provenant d’une plante potagère afin d’éviter de propager la maladie dans votre jardin)
  • Algues (vert)
  • Aiguilles de conifères (brun)
  • Aliments sucrés (neutre)
  • Cheveux (azote)
  • Cône de conifères (brun)
  • Noyaux de fruits
  • Papiers mouchoirs (attention à la propagation des bactéries et virus)
  • Thuya (résidus de taille)